Association Champs Visuels pour la promotion des arts plastiques dans le milieu rural

Les surprises artistiques de la biennale

Cette année, nous vous offrons quelques surprises artistiques en plus des expositions.
Il est certain qu'une surprise ne devrait pas se dévoiler, mais nous sommes si heureux de vous les présenter.
De toute façon, cette révélation ne vous empêchera pas d'être grandement surpris lors de la biennale par ces nouvelles propositions visuelles.

UN POISSON DANS LE GENOU

UN POISSON DANS LE GENOU

Avec Isabelle Barba Legrais, Léonore Belhôte, Jérémie Bernard, Charlotte Briant, Agathe Broc, Guylaine Cervera, Catherine Fernandez, Cyril Gazagne, Hélène Nugnes, Guillaume Soriano.

Voilà un nom qui n’aurait pas déplu à certains partisans de l’absurde échevelé, et à d’autres, de la rencontre fortuite, celles et ceux qui croient à la puissance de l’imaginaire et à la force créative des chocs imprévus. Un collectif de photographes : des petits poissons au «Je» bien affirmé et au «Nous» joyeux et amical, ce qui n’a jamais été incompatible avec l’art de photographier et de donner à voir de bien belles images, pleines de sens et d’émotion. Ce n’est donc pas de menu fretin dont il s’agit : chaque membre du banc nage aussi pour lui, vite, sans concession, et parfois dans les eaux profondes et difficiles des abîmes intimes où se pêchent les grandes trouvailles artistiques : portraits aux effacements inquiétants, nus tatoués aux frontières de l’érotisme et de l’anthropologie, nocturnes envoûtants, quotidiens à la poétique âpre et juste, métamorphoses des corps et des visages, mythe de chez nous et d’ailleurs quand la bête sort du bois ou de l’âme humaine... Mais, parfois, un simple appel du vent, une ride de surface suffit à rassembler la petite troupe ; la remontée collective se fait alors très vite, à la manière des poissons volants ; ainsi, des minuscules bulles jointes les unes aux autres naît l’appel d’air du projet commun : une exposition, une résidence, un film, et, toujours, le plaisir partagé d’être ensemble. Et dans la magie de l’art, s’il vous plaît : un seul poisson dans la vague haute de la photographie, une seule pièce, mais la meilleure et la mieux éclairée de toutes. Et le «Je « et le «Nous» enfin rassemblés : le genou. Vous savez, cette partie du corps qui touche terre, quand il s’agit de remercier vraiment celles et ceux qui vous réjouissent et nous enchantent le regard.

Site du collectif "Un poisson dans le genou"

REFLUXUS - l’anonyme

REFLUXUS - l’anonyme

2011 1’18’’ installation vidéo.
«Réponse à la sollicitation de créer un objet audiovisuel unique pour l’édition de la «Faîte de l’Image». En offrant cette mise en scène d’un avatar de ressac, je pensais me faire insulter, passer pour un abscon contempourien, la vérité du terrain en fera mon plus grand succès public et populaire. Je dois encore au réel, de dire avoir pour la première fois, sans scrupule, utilisé un plan tourné par un autre avec un esprit de vengeance envers son auteur à cause d’une vieille embrouille.»
L'anonyme encore une fois s'illustre à prendre le large par REfluxus et flux interposés, lumières, faux thons, plage de temps et médiation de luxes et portions.Prise de vue, son : JLUK

Site de l'anonyme

POUPÉES TOUCHANTES - Sarah Truchetet

POUPÉES TOUCHANTES - Sarah Truchetet

Le visiteur est invité à pénétrer seul dans cet univers coloré. Avec douceur, il rencontre ces poupées qui touchent et qui se laissent toucher. Se soumettant à la manipulation, la contorsion, la transformation, le bousculement. Elles offrent une visite intime où l’on
se retrouve sans regard extérieur devant l’œuvre, mais que va-t-on alors en faire ?

LA FORÊT INTÉRIEURE - Compagnie L’Insalubre Cinémathèque

LA FORÊT INTÉRIEURE - Compagnie L’Insalubre Cinémathèque

(Théâtre d’ombres et de son)
Traversée entre paysages-souvenir et paysages imaginaires.


haut de page