Association Champs Visuels pour la promotion des arts plastiques dans le milieu rural

BIENNALE POPULAIRE D'ARTS VISUELS - SAÏX

3° édition

SURPRISES BIENNALE !

Champs Visuels a fait le choix de présenter des artistes émergents comme à la dernière édition. Champs Visuels cherche à vous proposer dans ses surprises un art libre, brut, underground, à coté et surtout essentiel.

Catherine Arvis

Catherine Arvis

Que penser de ces souvenirs…
“Mes premières Barbies m’ont été offertes par Madame Martin, la patronne du restaurant où travaillait ma mère.
Une de ces Barbies était chaussée d’escarpins blancs, et habillée d’une superbe robe de soirée blanche au col argenté avec un décolleté dans le dos. Pour une petite fille de Corrèze, m’identifier à ce modèle féminin était à la fois drôle et cruel. Il m’est difficile de me souvenir comment je jouais avec ces poupées. J’ai conservé et pris soin d’elles et de leurs accessoires longtemps, dans l’idée de les offrir à ma fille.
Après le décès prématuré de ma mère, je me suis occupée longtemps de mon père et de mon frère. Un beau jour, après avoir pris soin de laisser ma chambre et mes Barbies impeccables, je quittais la maison familiale.
La découverte après quelques mois d'absence de l’état de désolation de ma chambre, du massacre des poupées Barbies par Kim, le chien barouge coupé bergé allemand de mon frère, m’a plongé dans une colère et une tristesse forte. Un réflexe me fit récupérer les accessoires et les restes de Barbie, de ce jouet lié à mon enfance.
Il m’est très agréable de le retrouver plus de 30 ans après, je me régale. Il me semble le manipuler moi et non le contraire, le conduire dans une vie réelle, avec des rêves et des cauchemars humains."

Catherine a aiguisé sa sensibilité extrême en travaillant pendant des années dans le milieu social et pédagogique. Elle observe le monde avec sensibilité, écoute les mots et regarde les gestes. Son implication est totale. Durant 10 ans, elle a conquis différents publics dans le spectacle vivant avec la compagnie les 4 ELLES et son clown “Camille”, un clown fondamentalement social. “Camille” est le résultat de tout ce qui nous enchante et de tout ce qui nous révolte : “un miroir incassable”. F. Bergal :

Albert Rinçou

Albert Rinçou

Albert Rinçou habille les murs d'usines désaffectées depuis plus de 20 ans. Il colle des images sur des supports immenses et les retravaille par une multitude de couleurs venues des bombes et des pinceaux.

Sédentaire d'un même lieu pour la première fois, il change de support et passe aux panneaux. Ces grands et moyens formats deviennent alors des espaces d'abondance, où partout est à voir. Ses compositions de collage riches d'images actuelles nous perdent et nous guident, nous offrant à regarder vers l'infini.


haut de page